La maturation d’une viande : Qu’est-ce que c’est ?

La maturation d’une viande est une étape qu’un grand nombre de consommateurs ignorent. Pourtant ce procédé consiste à donner toute sa saveur et sa tendreté à la viande. De quoi s’agit-il exactement ? En quoi est-ce important ? Toutes les viandes doivent-elles être maturées avant d’être consommées ? Découvrez tout de suite les réponses à travers les lignes qui suivent.

La maturation d’une viande : de quoi parle-t-on ?

Pour dire les choses simplement, la maturation est un procédé qui permet aux muscles du bœuf de se transformer en viande. Juste après l’abattage, la viande de bœuf est certes déjà comestible, mais sa qualité laisse encore à désirer. Le boucher laisse alors la viande reposer à une température qui va de 1 à 2 °C pendant plusieurs jours pour permettre à celle-ci de gagner en tendreté et en saveur.

En plus de procurer du goût et de la tendreté à la viande, cette étape consiste également à décontracter les muscles tendus par la rigidité cadavérique de l’animal. La viande est de fait laissée au repos pour que les enzymes puissent effectuer leur travail. Par ailleurs, la maturation consiste également à protéger la viande. En effet, une croûte se forme à l’extérieur de la viande et enveloppe pour la protéger des bactéries. Pour optimiser davantage la maturation de la viande, celle-ci devra être enveloppée finement dans un linge en coton ou dans un autre emballage spécialement conçu à cet effet.

Pourquoi maturer la viande ?

Pendant le processus, de nombreuses réactions chimiques s’opèrent. En effet, le glycogène contenu dans les muscles se transforme en acide lactique. Le pH neutre de la viande deviendra alors plus acide et l’attendrira. Cette première étape facilitera ainsi les autres transformations chimiques qui suivront. En effet, l’acide lactique libérera deux enzymes : la protéase et la lipase. La première cassera les protéines et les transformera en aminoacide. Quant à la seconde, elle transformera le lipide en acides gras. Tous ces phénomènes concourent à rendre la viande plus goûteuse et plus tendre, rehaussent ainsi sa qualité.

En résumé, le but de la maturation est de vous permettre de bénéficier de la meilleure viande possible. Ce travail demande du temps, un savoir-faire unique et beaucoup d’attention de la part des bouchers. c’est d’ailleurs pour cette raison que les viandes maturées coûtent un peu plus cher que celles qui ne le sont pas.

Combien de temps doit durer la maturation ?

À ce jour, aucun règlement ne spécifie le temps de maturation. Toutefois, la viande doit rester suffisamment longtemps au repos pour que les diverses réactions chimiques puissent s’opérer. Ainsi, pour définir le temps de maturation d’une viande, il faut comprendre qu’elle se fait en quelques étapes et que chacune d’elles aura une durée plus ou moins définissable. Il faut également prendre en compte le fait que la race aura une influence sur le temps de maturation.

L’acidification de la viande

C’est la première étape de la maturation. Pour que le pH neutre de la viande devienne plus acide, il faudra laisser la viande reposer pendant au moins deux à trois jours.

La transformation des lipides et des protéines

Cette étape est appelée autolyse. Elle aura pour rôle d’attendrir la viande et de développer toute sa saveur. Elle durera entre cinq à sept jours. Toutefois, le travail des enzymes continuera tout au long de la maturation.

La formation de la croûte oxydée

Cette croûte se forme après environ douze jours de maturation. Elle se développera tout autour de la viande et la protégera pendant la maturation. Lorsque cette croûte aura fini d’envelopper toute la viande, cette dernière peut déjà être découpée et mise en vente. Toutefois, ce sera la race de l’animal et l’initiative du boucher qui détermineront si le temps de repos doit encore continuer. En tout cas, la maturation peut s’arrêter à partir de quinze jours de repos.

L’affinage

La viande de bœuf se bonifie aussi avec le temps. Ainsi, plus sa maturation durera, plus sa qualité augmentera. L’affinage est l’étape qui consiste à mettre la viande dans une chambre de maturation et non dans une chambre froide. En effet, le boucher doit considérer de nombreux paramètres pour que l’affinage puisse produire l’effet escompté. Notamment, le taux d’humidité de l’air, la température de l’atmosphère et d’autres critères que seul le boucher maîtrise. Cette étape peut durer jusqu’à 70 jours.

Finalement, la maturation de la viande aura une durée de 15 à 70 jours. Toutefois, certains bouchers vont jusqu’à 90 jours pour maturer de leur viande.

Toutes les viandes peuvent-elles subir une maturation ?

Il est judicieux de se poser cette question pour éviter de se faire arnaquer. Il serait en effet dommage d’acheter une viande au prix fort alors qu’elle n’a même pas besoin de maturation pour être consommée. Pour répondre à la question, toutes les viandes ne sont pas appelées à subir une maturation. Seuls les meilleurs morceaux comme l’entrecôte, les côtes, etc., et les meilleures races comme l’Angus ou le bœuf de Kobé sont prompts à être maturés. Cela leur offrira davantage de persillé et de tendreté.

Par ailleurs, vous devez savoir que les viandes de mauvaise qualité n’ont pas besoin de maturation. Nous parlons ici des viandes issues de races laitières.

Le bien-être de l’animal avant l’abattage : condition sine qua non pour une bonne maturation

Même les meilleures races ne donneraient pas une viande de haute qualité si leur condition d’élevage ne visait pas leur bien-être. La sérénité de l’animal doit effectivement être préservée jusqu’à la toute dernière minute. Ainsi, du transport à l’abattage, il doit rester calme et paisible tout simplement parce que le stress le poussera à tendre ses muscles. La suite de cette réaction ne permettra plus alors de maturer la viande, car les muscles tendus consommeront le glycogène avant l’abattage.

En effet, dépourvus de cet élément essentiel, les muscles ne pourront pas se transformer en viande lors de la maturation. Les différentes réactions chimiques ne pourront pas s’opérer convenablement. Sans le glycogène, il n’y aura pas d’acidification de la viande. L’autolyse ne peut pas s’effectuer et aucune croûte ne se formera autour de la viande. Par conséquent, elle n’aura aucun goût ni tendreté.